L’iPhone n’a pas une production propre à 100 %, déclare Greenpeace

L'iPhone n'a pas une production propre à 100 %, déclare Greenpeace

Malgré l’annonce de la neutralisation de l’empreinte carbone totale de ses produits et de sa chaîne d’approvisionnement d’ici 2030, Apple est en difficulté. Selon Greenpeace, TSMC, partenaire de l’American Apple, est loin d’être respectueux de l’environnement. Consultez les détails ci-dessous.

En parallèle : Salade d'été de pâtes froides avec du saumon

Plan de développement durable d’Apple

En juillet 2020, Apple a déclaré vouloir neutraliser son empreinte carbone d’ici 2030. En bref, l’entreprise aurait déjà atteint cet objectif dans le cadre de ses opérations globales. Et maintenant, l’Américain promet de réduire à zéro l’impact de tous les appareils produits, jusqu’à la prochaine décennie.

Pour atteindre cet objectif, Apple a proposé une structure à faible émission de carbone et l’expansion de l’efficacité énergétique. En outre, le développement de la matrice des énergies renouvelables est envisagé, ainsi que des innovations dans les processus et matériaux et l’extraction du carbone.

A lire en complément : la deuxième saison sera enregistrée au Royaume-Uni

Le plan annoncé vise à encourager d’autres entreprises à adopter des actions similaires. Ce n’est qu’ainsi qu’Apple comprend qu’il est possible de réduire les impacts environnementaux. Selon le PDG d’Apple, TiM Cook, « les entreprises ont la possibilité de contribuer à bâtir un avenir plus durable, sur la base de notre préoccupation commune pour la planète que nous partageons ».

L’iPhone n’a pas une production propre à 100 %, déclare Greenpeace

Malgré les efforts déployés par Apple pour réduire son empreinte écologique de 75 % d’ici 2030, le plan devrait être prolongé. Et le principal défi doit être le manque de puces sur le marché. Mardi dernier (21), le site Web CNBeta a déclaré que TSMC, le plus grand fabricant de semi-conducteurs au monde, avait des projets beaucoup plus modestes en ce qui concerne le plan de zéro émission. En bref, l’entreprise n’estime cet objectif qu’en 2050.

Selon les rapports de Grenpeace, TSMC consomme près de 5 % de l’électricité de Taïwan. Et ce pourcentage devrait atteindre 7,2 % en 2022. L’entreprise utilise également une grande quantité de ressources en eau. Rien qu’en 2019, l’entreprise a consommé 63 millions de tonnes d’eau. Cela s’est produit à la même période que Taïwan connaissait la pire sécheresse de ces 50 dernières années.

Face à la pénurie mondiale de puces, les fabricants sont contraints d’augmenter leur production. Par conséquent, l’objectif d’assurer une chaîne de production durable à court terme est de plus en plus éloigné. L’une des alternatives trouvées par TSMC était l’accord avec Ørsted. La compagnie d’électricité construit un parc éolien international de 920 mégawatts dans le détroit de Taiwan. L’accord devrait permettre 20 ans d’approvisionnement en énergie propre.

Par conséquent, compte tenu du fait que TSMC est le seul fournisseur de puces pour les principaux appareils d’Apple, tels que l’iPhone, il est possible que l’entreprise ait à reporter ses plans de développement durable. De plus, le manque de composants devrait affecter le prix des appareils à venir