Coronavirus : La vitamine D ne donne pas autant de protection que nous pensions

Des chercheurs de l’Université de Boston ont mené des études en octobre et ont constaté que les patients atteints de coronavirus de plus de 40 ans qui avaient des niveaux élevés de vitamine D étaient 51,5 pour cent moins susceptibles de mourir d’infection que ceux qui avaient une carence en cette vitamine.

Sujet a lire : Coronavirus : selon les virologues de Pécs, notre hiver sera difficile

Cependant, le National Institute of Health des États-Unis attire l’attention sur le fait que ces études ne sont pas fondées sur l’analyse des données de laboratoire, mais sur les données hospitalières, il n’y a pas suffisamment de preuves que la vitamine D ait un effet quelconque sur le cours du COVID-19.

Une nouvelle étude menée en Angleterre réfute également qu’il y aurait une corrélation entre nos niveaux de vitamine D et le risque et l’évolution de l’infection par le coronavirus. Les chercheurs de l’Université Brunel de Londres n’ont trouvé aucune preuve que nos taux de vitamine D affectent les risques d’infection par le coronavirus, mais ils ne pensent pas que cela affecte le cours de Covid.

Dans le meme genre : Pourquoi l'Aloe Vera mérite une place dans votre routine de soins de la peau ?

Vous pouvez également être intéressé par ceci :

Dr Fotios Drenos, un épidémiologiste à l’Université de Brunel, a déclaré que les observations précédentes, mis en évidence la vitamine D comme un « agent » efficace, provenaient principalement des données des patients âgés et n’ont pas mené une vie active.

Mais une chose est certaine que tous les chercheurs sont d’accord est que la vitamine D doit être reconstituée, mais ne la regardez pas comme une panacée.